Le pape Saint Pie X s'adresse à des juristes français

On trouvera ici les principaux extraits d'une allocution que saint Pie X adressait à des juristes français, le 15 novembre 1904. La force de ces propos, toujours actuels, a frappé M. l'abbé Alain Lorans qui s'en inspira pour le sermon de la messe célébrée le 16 novembre 2000 à Saint Nicolas du Chardonnet.

" Bien douce, Très Chers Fils, est la joie que Nous ressentons de votre présence. Nous savons combien vous vous distinguez à la fois par vos éminentes vertus, par l'étendue de vos connaissances et par votre compétence, surtout dans les sciences juridiques et légales. (...)

Il n'est que trop manifeste pour tous où tendent, depuis bien longtemps, les impies projets et le but final des ennemis de l'Eglise catholique. Ce qu'ils voudraient, c'est éteindre la foi du peuple chrétien en y semant leurs négations et les doutes de leur incrédulité ; c'est étouffer par l'indifférence tout sentiment de générosité. (...)

On ne saurait, sans nul doute, rien imaginer de plus funeste, soit aux intérêts de la religion, soit au véritable bien-être des peuples, alors que l'Eglise, avec ses doctrines et ses enseignements, avec sa morale, ses lois et les innombrables moyens de sanctification dont elle dispose, procure non seulement l'éternel salut de chacun de ses fidèles enfants, mais encore le bien temporel des sociétés, qu'en vain on chercherait en dehors de Dieu et de sa providence.

Dès lors, qui pourrait apprécier à toute sa valeur le mérite de ces hommes bénis, qui, pour mieux obéir au précepte de Dieu ordonnant à chaque homme de s'intéresser à son prochain - Et mandavit illis unicuique de proximo suo - s'unissent par des liens spéciaux, afin de s'opposer plus efficacement à cette ligue infernale, de faire resplendir avec plus d'éclat sur les peuples le soleil de la vérité et d'y semer plus abondamment les germes de l'amour et de la vertu ?


 

C'est pourquoi, Nos très Chers Fils, Nous vous félicitons de tout coeur et Nous félicitons tous les membres de votre Société qui, depuis trente ans, se dévoue à cette double fin. Vous combattez les bons combats, en défendant, soit dans vos relations privées, soit en public, devant les tribunaux, les droits de Dieu et de l'Eglise, la propriété et la liberté de ses fils ; vous opposez une barrière à l'impiété qui prétend supprimer les noms mêmes de Dieu, de son Eglise et de ceux qui en proclament les lois saintes et les préceptes. (...)

 

Nous vous félicitons, auxiliaires et protecteurs fidèles des religieux et des pasteurs des âmes. Vous voyant ainsi à leurs côtés aux heures du combat, ils sentent doubler leurs forces et, grâce à votre éloquence, se multiplier au centuple les fruits de leur ministère. (...)

Sans doute, et Nous ne pouvons l'ignorer, habitués en chrétiens fervents à remplir scrupuleusement vos devoirs envers Dieu et envers les hommes, riches de tous les mérites que Nous venons de rappeler, vous n'ambitionnez pas que la religion vous félicite et vous décerne des éloges. Vous aimez, au contraire, à vous redire ces paroles que Jésus-Christ a lui-même suggérées à ses apôtres « Nous sommes des serviteurs inutiles : nous n'avons fait que notre devoir. Servi inutiles sumus, quod debuimus facere fecimus. »

 

Mais si vous récusez les éloges de la religion, agréez du moins ceux de votre patrie, qui voit en vous le principe de son salut. Agréez ceux du Pasteur suprême des âmes, qui apprécie hautement votre vertu, vos travaux, vos sacrifices et qui déjà entrevoit les heureux résultats pour le calme et la paix de l'Eglise.

 

Lors du cataclysme du déluge universel, Dieu a conservé dans la famille de Noé le germe de la résurrection du genre humain. Vous êtes les dépositaires d'un germe analogue. Par vous, la génération future sera appelée du nom du Seigneur : Annuntiabitur Domino generatio ventura. Par vous, cette génération vivra pour Dieu et le servira."


 

[Accueil][Présentation][Documentation][Galerie][Liens][Contact]